Envisagez-vous de faire l’agrandissement d’un immeuble (résidentiel, commercial, industriel) ?

Planifiez-vous la construction d’un nouveau bâtiment sur un lot d’une superficie de plus de 1 200 m2 ?

Avez-vous augmenté la superficie de votre stationnement ?

Ces constructions sont-elles situées sur le territoire de la Ville de Québec ?

Si vous avez répondu oui, vous avez besoin d’un plan de gestion des eaux pluviales, préparé par un ingénieur membre de l’Ordre des Ingénieurs du Québec.

À quoi sert le contrôle des eaux pluviales ?

Grandes accumulations d’eau dans la rue, bouches d’égout qui débordent ou inondation, voici les situations qu’une bonne gestion des eaux pluviales vise à éviter.

Plan de gestion des eaux pluviales

Les exigences municipales en matière de contrôle à la source visent à limiter le débit d’eau de ruissellement qui sera acheminé rapidement vers les réseaux d’égouts pluviaux lors d’épisodes de forte pluie.

Le travail de l’ingénieur vise à trouver des solutions (rétention de surface dans les aires de stationnement, rétention en toiture, rétention dans des aires de biorétention, rétention souterraine, etc.) qui sont techniquement et économiquement intéressantes. Ces solutions ont comme objectif de maximiser le volume de rétention des eaux pluviales sur un site donné, tout en prenant en compte l’entretien des installations dans le futur.

Quand effectuer un plan de gestion des eaux pluviales pour un projet de construction ou d’agrandissement ?

Plusieurs de nos mandats en lien avec la gestion des eaux pluviales s’amorcent lorsque la demande d’un client, pour un permis de construction ou d’agrandissement, est refusée par la Ville où cette demande a été déposée.

Le client reçoit une réponse de la Ville mentionnant que sa demande est incomplète. Un plan de gestion des eaux pluviales, préparé par un ingénieur, est requis pour que le dossier soit complet.

Le plan de gestion des eaux pluviales doit être réalisé dès la phase de planification du projet de construction, ou d’aménagement d’une nouvelle aire de stationnement. Selon le secteur, le type de sol, la topographie du site et l’espace disponible, le coût des installations de gestion des eaux pluviales est variable. C’est pourquoi il est important de consulter un professionnel dès le début du projet.

Pour réaliser correctement un plan de gestion des eaux pluviales, l’ingénieur aura besoin de consulter plusieurs sources d’informations techniques, dont les suivantes :

  • Le plan d’implantation ou plan de lotissement;
  • Le plan topographique;
  • Le taux de rejet admissible pour le secteur (par exemple : 50 litres/sec-ha si aucun élément n’implique un taux de rejet plus faible).

Quels sont les enjeux et les problèmes à considérer dans un plan de gestion des eaux pluviales ?

Le taux de rejet admissible du secteur est une information cruciale. Dans certains secteurs où les infrastructures sont vieillissantes, le taux de rejet admissible peut être très faible, allant parfois jusqu’à des valeurs inférieures à 25 litres/sec-ha.

L’enjeu majeur pour le client dans ce type de quartier est d’éviter le recours à de la rétention souterraine. Cette solution implique des coûts importants lors de la construction, mais aussi pour l’entretien de ces installations à long terme.

Plusieurs options peuvent être évaluées comme zones de rétention : toits plats, aires de stationnement, petits bassins à ciel ouvert ou encore une combinaison de ces options.

D’autres enjeux sont à considérer si la construction est effectuée dans une zone où le roc se trouve près de la surface et que les caractéristiques du site nécessitent l’installation d’ouvrages de rétention souterraine.

Les coûts de telles installations (rétention souterraine) combinés aux coûts d’excavation du roc doivent être connus dès le début. Ils auront une influence certaine sur le budget et l’échéancier de réalisation du projet.

En conclusion

Votre projet de construction, d’agrandissement ou d’aménagement se trouve sur un lot de plus de 1 200 m2 sur le territoire de la Ville de Québec ? Vous avez besoin d’un plan de gestion des eaux pluviales préparé par un ingénieur.

Contactez un ingénieur civil dès la phase de planification de votre projet pour éviter les mauvaises surprises.

Les exigences discutées dans cet article sont en vigueur sur le territoire de la Ville de Québec. Plusieurs autres villes et municipalités à travers le Québec ont leurs propres exigences à cet effet, afin d’assurer une bonne gestion des eaux pluviales sur leur territoire.

S Leblanc Consultant peut vous aider à produire les documents exigés par votre municipalité, au moment de déposer votre demande de permis, grâce à notre expertise dans le domaine de la gestion des eaux pluviales en milieu urbain.

Référence : GESTION DES EAUX PLUVIALES EN MILIEU URBAIN VÉRIFICATION DES CALCULS, Ville de Québec.